Hassan Khan

The Slapper and the Cap of Invisibility, 2015
Musée d’art contemporain de Montréal
19.10.2016—15.01.2017

Dans l’œuvre multifacette d’Hassan Khan, l’artefact culturel (qu’il s’agisse de musique, d’un film, d’un texte ou d’un objet) est continuellement remis en question. L’artiste met des objets et des sujets d’apparence familière en dialogue avec des références hautement personnelles, souvent tenues secrètes, explorant ainsi le glissement continu entre le personnel et le formel. Oscillant entre l’individuel et le communautaire, le caché et le révélé, son œuvre reflète la charge immatérielle des objets, gestes et moments collectifs, ainsi que l’ampleur monumentale de l’histoire et de la culture.

Marqué par une fascination pour la comédie égyptienne et sa capacité à engendrer un langage hanté par les pulsions, les peurs et l’obsession, le tout récent film d’Hassan Khan The Slapper and the Cap of Invisibility met en vedette Ismail Yassin, grand comique emblématique des années 1950, et de Tewfiq El Deqn, acteur de genre par excellence. Leur répertoire de gestes, de tics nerveux, de contorsions et de voix en forme la matière première, composante de base d’une situation qu’on reconstitue peu à peu alors qu’on sombre dans le vernaculaire de leur univers, qui n’appartient qu’à eux. C’est ainsi que l’on découvre la compréhension qu’ont Yassin et El Deqn, modèles ratés, de ce qu’ils sont censés être.
—PP

Biographie